Bébert et l’Omnibus
de Yves Robert 

FRANCE | 1963 | 1h40 | VF | dès 6 ans
 
Par le réalisateur de « La guerre des boutons »
La veille des vacances, lors des derniers préparatifs, Bébert fausse compagnie à sa famille. Tout au long de la journée, le petit garçon accumule des bêtises tandis que son frère court à sa recherche. Une comédie pleine d’entrain !

« Bébert et l’omnibus, un regard cocasse sur la France périurbaine des années 1960 ». 

En 1963, les ados roulaient à vélo. Terrifiants, les adultes menaçaient les enfants de torgnoles pour un oui pour un non. On vendait de tout à la Samaritaine, grand magasin parisien aujourd’hui promis à une seconde vie dans l’hôtellerie de luxe. Les vacances d’été étaient le Graal d’une année de labeur. En 1963, les trains roulaient lentement, mais tout le monde était desservi. 

L’histoire tient sur un ticket de train. Alors que toute la famille Martin, résidant en Seine-et-Marne, fait ses derniers achats à la « Samar », afin de préparer son départ en vacances, elle laisse Bébert, enfant rêveur et farceur, sous la surveillance de son aîné, Tiennot, chargeant ce dernier de le ramener en train à Tournan-en-Brie, berceau de la famille. 
Mais Tiennot préfère courir les filles et perd son petit frère en chemin, transformant le film en road-movie seine-et-marnais où se croisent trains à vapeur, vélo mi-course, moto et 403 de la gendarmerie nationale.

Après cette mise à jour, les accompagnateurs se laisseront gagner par leurs souvenirs (s’ils sont assez âgés) et les enfants, peut-être, par le charme suranné d’un film tendre et bienveillant. 

Source : Philippe Ridet – Le Monde – 19/02/2020

https://www.lemonde.fr/culture/article/2020/02/19/bebert-et-l-omnibus-un-regard-cocasse-sur-la-france-periurbaine-des-annees-1960_6030094_3246.html