Jiburo
de Le Jung-hyang

Corée du Sud | 2002 | 87 minutes | VF | 5+
 
Pour les vacances, Sang-woo est contraint d’aller à la campagne chez sa grand-mère qu’il ne connait pas. Mordu de jeux vidéo et de supers héros, ce jeune citadin doit apprendre à s’adapter à cette vie en pleine nature et à cohabiter avec cette vieille femme un grand coeur, mais aussi lente qu’une tortue !
 

“Histoire d’une rencontre générationnelle, transmission des valeurs familiales, partage d’un amour inconsidéré entre une grand-mère et son petit-fils, tels sont les thèmes qu’aborde ce film plein de fraîcheur et d’humour. Le ton de cette histoire épouse le regard amusé, moqueur mais bienveillant de la réalisatrice sur le capricieux Sang-woo. Fil rouge de l’histoire, le garçon tyrannise sa grand-mère pour qu’elle lui achète des piles pour sa console de jeux vidéo. Mais mamie n’a aucun sou en poche, elle vit d’une terre nourricière et d’une maigre vente de légumes au village. À la recherche de ces fameuses piles, de déceptions en crises de larmes, le garçon va progressivement apprendre le partage, l’écoute de l’autre et l’affection, valeurs que sa mère, en mal d’amour, n’a pas su lui inculquer. C’est au contact des enfants du village mais aussi des personnes âgées que Sang-woo apprendra l’authenticité des rapports humains, le plaisir des petites choses simples de la vie et aussi, la joie des amours enfantines.”

Sophie Labeille pour Critikat, le 27 septembre 2005.